Equilibration tonique posturale

De par sa station bipédique, l'être humain est constamment en train de lutter contre la pesanteur pour maintenir sa position debout.

Sa mobilité lui est par contre autorisée par un déséquilibre controlé qui n'a été rendu possible que par le développement au cours de l'évolution de l'humanité, de toute une gamme de réflexes toniques posturaux, permettant le maintien de la station debout quelquesoit l'activité entreprise.

Paradoxalement c'est en position allongée, c'est à dire hors pesanteur, que ces réactions posturales sont utilisées en ostéopathie. En effet elles sont alors désafférentées, mais les réflexes qui leur servent de support subsistent. On arrivent alors, par des stimuli adaptés, à obtenir un positionnement fin de structures normalement non accessibles.

La lésion ostéopathique correspond à une restriction de mobilité d'une structure anatomique autour d'un axe donné. On se trouve en face d'un axe perverti par une cause quelleconque (traumatique ou adaptative). L'articulation se trouve alors, de par la forme de ses facettes articulaires, dans l'incapacité de produire un mouvement compatible avec l'axe pathologique.

Par l'utilisation de techniques d'équilibration tonique posturale, on arrive à induire dans l'articulation en restriction d'amplitude, un nouvel axe compatible avec l'orientation des facettes articulaires. On obtient ainsi une normalisation ostéopathique aboutissant à une restauration de la mobilité.

L'utilisation de ces techniques, permet d'éviter les grandes amplitudes de normalisations, notamment au niveau des vertèbres cervicales.

3